Aller au contenu

VINS d'Alsace


  • Gewurztraminer Cuvee Anne Selection de grains nobles Domaines Schlumberger 2012

    Gewurztraminer Cuvee Anne Selection de grains nobles Domaines Schlumberger 2012 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

          • Degré : 10,96°
          • Acidité : 3,36 grs/l
          • Sucres Résiduels : 166,9 grs/l
          • Appellation : AOC Alsace Sélection de Grains Nobles
         
         

         

        HISTORIQUE: 

        Les Sélections de Grains Nobles (appellation depuis 1984), sont des vins issus de vieilles vignes, récoltés en sur maturité plusieurs semaines après les vendanges. Plus concentrés que les Vendanges Tardives ce sont de grands liquoreux qui gardent une fraîcheur et une acidité naturelle dans une saveur unique au monde. La Cuvée Anne rare et mythique, continue à connaître le même succès.

        SITUATION: 

        Notre Gewurztraminer Cuvée Anne provient exclusivenment de notre Grand Cru Kessler, terroir situé en coteau exposé est, sud-est avec un sol sablo argileux rougeâtre sur un soubassement de grés vosgien.

        VINIFICATION: 

        Un travail de suivi est réalisé dès la taille hivernale de la vigne jusqu'aux vendanges. Récoltés manuellement dans nos coteaux, les raisins sont ensuite acheminés en cagettes (pour éviter d'abîmer les baies) jusqu'à nos chais pour être ensuite lentement pressés. Après un débourbage d'environ 3 jours, les jus parfaitement limpides sont mis à fermenter en foudre où la température est rigoureusement contrôlée. Les fermentations durent de 1 à 3 mois jusqu'au printemps. Les vins sont ensuite stabilisés, filtrés puis mis en bouteilles au printemps suivant. Les bouteilles sont stockées pendant plusisieurs années avant d'être habillées puis expédiées dans le mode entier.

        DÉGUSTATION: 

        La robe est jaune dorée avec des reflets verts clairs, de belle intensité. Le disque est brillant, limpide, transparent. Le vin présente une belle jeunesse. Le nez est franc, plaisant, intense. COnfit, on perçoit une dominante d'odeurs fruitées, exotiques, la banane, la mangue, les fruits de la passion, le litchi, les fleurs, la rose. L'aération amplifie les odeurs précédentes et dévoile les épices, le gingembre, le cumin. Le nez  est splendide. Il exprime avec une grande précision la superbe complexité variétale en sur maturité. Exemplaire.L'attaque en bouche est dense, charnue, liquoreuse. Dotée d'un superbe soyeux tactile, le support alcool est équilibré.

        GASTRONOMIE: 

        A associer sur des fromages à pâte persillée, un Bleu de Termignon ou des desserts, des pêches blanches, biscuit pralin et sabayon au thé vert ou des abricots rôtis à la lavande, sorbet au cédrat. Température de service 12°.

         

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

    -GEWURZTRAMINER.

    Le Gewurztraminer constitue une sélection particulièrement aromatique d’un vieux cépage connu de tout temps en Alsace, le Traminer rose.

    Historique

    On le désignait autrefois et surtout lorsque son vin était un peu moins caractéristique, sous le nom de Traminer. On notera d’ailleurs à cette occasion que le Klevener de Heiligenstein, cépage cultivé sur une petite surface dans la région de Barr, représente une forme de ce Traminer, appelée encore savagnin rose, nettement plus aromatique. Etymologiquement la dénomination Gewurztraminer signifie littéralement Traminer "épicé".

    Caractéristiques

    Le Gewurztraminer est une variété précoce moyennement productive. Ses feuilles adultes sont de petite taille, rondes, à trois lobes avec un départ des nervures de couleur rouge. Les baies sont petites, de forme arrondie, de couleur rose à rouge claire.

    Terroir

    Le Gewurztraminer est bien adapté aux sols marno-calcaires, granitiques et argilo- sableux.

    Dégustation

    Le Gewurztraminer donne un vin corsé, bien charpenté et dont le bouquet puissant extrêmement caractéristique exhale les fruits exotiques (lychees), les fleurs (rose) ou les épices. Vendangé en sur-maturation, le gewurztraminer "vendanges tardives" et "Sélections de Grains Nobles" donne un vin, moelleux à liquoreux, d’une grande richesse et d’une extraordinaire complexité aromatique.

    Gastronomie

    Image même de l’originalité et de la typicité des vins d’Alsace, le Gewurztramineraccompagne parfaitement les plats relevés et les fromages corsés comme le munster. Il accompagnera à merveille le foie gras mais aussi les épices et les herbes aromatiques les plus fortes. Ainsi, il sera le partenaire idéal de nombreux plats asiatiques issus des cuisines chinoise, cantonaise, sichuanaise, indonésienne, malaise, thaï et indienne.

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

    Prix Adhérent 70,00 € Prix Public Indicatif 78,00 €
  • Gewurztraminer Grand Cru Kitterle 2006 Domaines Schlumberger

    Gewurztraminer Grand Cru Kitterle 2006 Domaines Schlumberger (75cl).

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

    • Degré : 13,12°
    • Acidité (acide sulfurique) : 3,31 grs/l
    • Sucres résiduels : 30,9 grs/l
    • Appellation : AOC Alsace Grand Cru
     
     
    HISTORIQUE: 
    Le Kitterlé fût mentionné pour la première fois en 1699. En 1782 douze « schatz » de vignes se révélaient être la propriété exclusive des jésuites d’Ensisheim. Ce coteau bénéficie d’une commercialisation sous son propre nom depuis 1830.
     
    SITUATION: 
    Le Kitterlé est un terroir volcano-gréseux qui occupe un site unique en rebord de montagne en dessinant un éperon rocheux offrant 3 expositions (sud-ouest, sud et sud-est). Le sol léger et sablonneux retenu par d’immenses murs de pierres sèches n’autorise qu’un rendement limité (25 à 35 hl/ha).
     
    VINIFICATION: 
    Récolte manuelle le 12 octobre 2006. Pressurage en raisin entier, débourbage statique. Fermentation en foudre thermorégulé de 1 à 4 mois. Elevage sur lies fines pendant 8 mois. Mise en bouteilles le 30 & 31 janvier 2008.
     
    DÉGUSTATION: 
    La robe est jaune or avec des reflets dorés, de belle intensité. Le disque est brillant, limpide et transparent.
    Le nez est net, très aromatique, typé cépage avec des notes de réglisse et de rose légèrement épicées.
    L’aération intensifie les notes florales (parfum de rose) et balsamiques et laisse apparaître des notes d’encens de cire d’abeilles et de miel.
    Un nez complexe, intense avec beaucoup de finesse.

    L'attaque en bouche est suave, racée et délicate. On évolue sur un milieu à la vivacité franche et perlante. Le support alcool est équilibré, cela affine la structure apportant du gras, mais pas de lourdeur.

    La finale présente une belle longueur, une fine amertume épicée et légèrement minérale. La structure est racée, tout en finesse.

     

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

    -GEWURZTRAMINER.

    Le Gewurztraminer constitue une sélection particulièrement aromatique d’un vieux cépage connu de tout temps en Alsace, le Traminer rose.

    Historique

    On le désignait autrefois et surtout lorsque son vin était un peu moins caractéristique, sous le nom de Traminer. On notera d’ailleurs à cette occasion que le Klevener de Heiligenstein, cépage cultivé sur une petite surface dans la région de Barr, représente une forme de ce Traminer, appelée encore savagnin rose, nettement plus aromatique. Etymologiquement la dénomination Gewurztraminer signifie littéralement Traminer "épicé".

    Caractéristiques

    Le Gewurztraminer est une variété précoce moyennement productive. Ses feuilles adultes sont de petite taille, rondes, à trois lobes avec un départ des nervures de couleur rouge. Les baies sont petites, de forme arrondie, de couleur rose à rouge claire.

    Terroir

    Le Gewurztraminer est bien adapté aux sols marno-calcaires, granitiques et argilo- sableux.

    Dégustation

    Le Gewurztraminer donne un vin corsé, bien charpenté et dont le bouquet puissant extrêmement caractéristique exhale les fruits exotiques (lychees), les fleurs (rose) ou les épices. Vendangé en sur-maturation, le gewurztraminer "vendanges tardives" et "Sélections de Grains Nobles" donne un vin, moelleux à liquoreux, d’une grande richesse et d’une extraordinaire complexité aromatique.

    Gastronomie

    Image même de l’originalité et de la typicité des vins d’Alsace, le Gewurztramineraccompagne parfaitement les plats relevés et les fromages corsés comme le munster. Il accompagnera à merveille le foie gras mais aussi les épices et les herbes aromatiques les plus fortes. Ainsi, il sera le partenaire idéal de nombreux plats asiatiques issus des cuisines chinoise, cantonaise, sichuanaise, indonésienne, malaise, thaï et indienne.

     

    LE KITTERLE

    La LÉGENDE :

    La légende rapporte que le nom de « Kitterlé », autrefois « Kütterlé », vient de Kuter (dialecte souabe) et signifie gros matou sauvage. Celui-ci habitait jadis le « Haut Saering » et son esprit malicieux se manifestait dans les tonneaux des châteaux environnants. 
    Mais selon une autre version, « Kütterlé » serait le nom d’un pauvre vigneron de Guebwiller qui, le premier, eut l’audace de partir à l’assaut de la colline pour y planter des vignes.
    Il y avait autrefois à Guebwiller, un homme prénommé Kuter, communément appelé « Küterlé » à cause de sa petite taille. C’était un pauvre vigneron, intelligent, laborieux et d’une constance à toute épreuve. N’ayant que peu de vignes à cultiver, il entreprit, en dépit des roches et de la rocaille, de défricher le Haut-Saering. Les gens riaient en le voyant perché en haut des rocs, certains le plaignaient. Mais Kuter n’était pas homme à se laisser impressionner par les moqueries et commentaires de ses concitoyens. Au contraire. Les dires et les rires augmentaient son ardeur au travail. Du roc fendu il extrayait les moellons pour construire des murs ; puis avec la terre amassée il nivelait une terrasse après l’autre, les plantait de vignes qui, d’étage en étage, prenaient d’assaut la montagne …
    « Voyons quel vin cela va donner ! » disait le peuple moqueur. Bientôt la stupeur fit place aux plaisanteries. Le soleil choyait la colline de ses rayons amoureux et la vigne s’épanouissait dans toute sa splendeur.
    Lorsque Kütterlé produit son premier cru, l’on s’empressa de le comparer aux grands vins des terroirs environnants. Il y avait là le bouillantKessler, l’ardent Wanne et surtout le généreux Saering. Mais voilà que tout bien pesé, dégusté, commenté, le jury fut unanime à proclamer que le dernier venu méritait de figurer au premier rang.
     
    D’après l’abbé Braunn « Légendes du Florival » 1886
     
     

    HISTORIQUE :

    La mythologie germanique raconte que Odin, dieu magicien et rusé, fertilisa la vallée de Guebwiller. Blessé au pied par un sanglier, il fit naître une fleur de chaque goutte de son sang répandu. Les fleurs envahirent les coteaux, pour s’épanouir avec éclat dans les raisins chargés de sang divin.

    Le Kitterlé fût travaillé sans interruption depuis plus de 10 siècles. Ce terroir, mentionné dès 1699, a toujours bénéficié d’une réputation exceptionnelle.
    Au Moyen Age, Guebwiller est administré sous le régime despotique des Princes Abbés de Murbach. Les nobles ou les corporations faisant obstacle à leurs pouvoirs sont chassés de la ville ou dissoutes.
    Au XIIème siècle, la viticulture fait de Guebwiller une des plus importantes villes d’Alsace.
    Les crus de la Wanne, du Saering et du Kitterlé transitent par Bâle et Lucerne en direction de l’Autriche. Leur renommée est telle que des négociants peu scrupuleux livrent les récoltes du vignoble suisse et d’ailleurs en les faisant passer pour du vin de Guebwiller.
    Au XVIIème, les Guebwillerois, pour déjouer l’action des trafiquants, décident d’apposer un certificat d’origine sur chaque tonneau de vin qui part de leurs caves. Comme en témoigne la missive du 15 avril 1667 de la ville de Guebwiller à la ville de Lucerne : « nous avons décidé d’écrire à ces messieurs de Lucerne, parce que nous avons appris que certains acheteurs se laissent entraîner à prendre des vins de Rouffach, Westhalten, Soultzmatt pour les revendre comme vins de Guebwiller et de déclarer que dorénavant ses vins seront accompagnés d’un Ladtzettel ou certificat d’origine »
    Ils deviennent ainsi les précurseurs des « Appellations d’Origine Contrôlée ».
    Au XIXème siècle, on peut lire dans l’Annuaire Administratif du Haut Rhin (1854) : « sont particulièrement renommés […] les vins gentils de Guebwiller, connus sous le nom de Kitterlé, qui prennent, en certaines circonstances, un goût qui a quelqu’analogie avec le fruit du sorbier ou du noisetier, ce qui leur fait donner le nom d’Eschgriessel et de Hasselnusser. Le vin du même endroit, provenant du raisin ollwer, a la réputation de s’opposer à la formation de gravelle, et on dit même qu’il guérit ceux qui sont affectés de cette maladie. »
    La délibération du conseil municipal de Colmar (1837) apporte l’indication suivante : « Il est évident que le vignoble de Colmar situé en plaine ne peut être assimilé à celui des montagnes … Le schatz s’y vend à peine 800 francs, tandis qu’à Guebwiller le schatz, qui est de sept ares, se vend jusqu’à 3.000 francs. Les produits des meilleures communes du vignoble sont bien supérieurs en quantité et en qualité à celui de la première classe de Colmar. On ne peut (donc) laisser les évaluations des vignes des cantons de Rouffach, Ribeauvillé et Guebwiller à un taux aussi rapproché à celui des mauvaises vignes de plaine. »
    (Extraits tirés du livre de Claude Muller « Les vins d’Alsace – Histoire d’un vignoble)
     

    Le Kitterlé est un véritable monument historique. La montagne a été modelée par les hommes à la force de leurs bras. A plusieurs reprises elle s’est à moitié effondrée.

    Et l’on a dû construire plus de 50 km de mur pour soutenir les terrasses de vignes sur ces pentes abruptes.

    C’est un terroir magique, « pauvre et sablonneux » qui ne peut jamais donner de grandes quantités de vin. Son exposition au soleil du levant au couchant favorise la concentration des arômes.
    Un chroniqueur du XIXème siècle indique « Pour la force capiteuse, la finesse du bouquet, aucun autre cru d’Alsace ne surpasse le Kitterlé ».

    Le Kitterlé est commercialisé sous son propre nom au Domaine Schlumberger dès 1830.

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION
     
     

    Prix Adhérent 22,20 € Prix Public Indicatif 26,30 €
  • Gewurztraminer Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2013

    Gewurztraminer Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2013 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

      • Degré : 12,88°
      • Acidité : 3,08 grs/l
      • Sucres résiduels : 22,6 grs/l
      • Appellation : AOC Alsacce
       
       

      Idéal sur des cuisines exotiques...

      HISTORIQUE: 

      Probablement le plus célèbre des vins d'Alsace, le Traminer nous vient du nord de l'Italie et date du 16ème siècle. Le Gewurztraminer (littéralement Traminer épicé ou musqué) est une sélection des Traminer les plus aromatiques et devient Gewurztraminer vers 1950.

      SITUATION: 

      Notre Gewurztraminer est issu essentiellement de nos lieux-dits du Bollenberg et di Bux ainsi que des jeunes vignes provenant de nos Grands Crus.

      VINIFICATION: 

      Pressurage pneumatique lent, débourbage statique. Fermentation en foudre thermorégulé de 1 à 4 mois. Elevage sur lies de 6 à 8 mois.

      DÉGUSTATION: 

      La robe est jaune or clair avec des reflets verts, de bonne intensité. Le disque est brillant, limpide, transparent. Le vin présente de la jeunesse.Le nez est franc, plaisant, intense. Racé, on perçoit une dominante d'odeurs florales, la rose, la pivoine, les fruits exotiques, le pamplemousse, le litchi, la mangue. L'aération amplifie les odeurs précédentes et laisse apparaître les épices, le gingembre confit et la menthe poivrée.Une fois de plus, le nez exprime une belle maturité des raisins, un état sanitaire parfait, un Gewurztraminer de grande classe !!!L'attaque en bouche est dense, charnue, tendre. Le support alcool corsé. On évolue sur un milieu à la vivacité franche, nerveuse, marqué par du perlant. La gamme d'arômes rappelle les fruits exotiques, le pamplemousse, la mangue, le litchi, les fleurs, la pivoine, la rose, ainsi que les épices, la menthe poivrée, le gingembre. On perçoit une pointe d'amertume. La finale présente une belle longueur, 9-10 caudalies, ainsi qu'une vivacité franche et une amertume persistante.L'équilibre de ce vin est riche et savoureux. Le cépage s'exprime de très belle manière. Eclatant !!!

      GASTRONOMIE: "J'adore associer ce vin sur les cuisines exotiques, des makis de thon rouge et wasabi, une salade de crabe au pamplemousse, un curry de gambas au safran". Commentaire de M. Pascal Leonetti"Meilleur Sommelier de France 2006".
       
       

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

    -GEWURZTRAMINER.

    Le Gewurztraminer constitue une sélection particulièrement aromatique d’un vieux cépage connu de tout temps en Alsace, le Traminer rose.

    Historique

    On le désignait autrefois et surtout lorsque son vin était un peu moins caractéristique, sous le nom de Traminer. On notera d’ailleurs à cette occasion que le Klevener de Heiligenstein, cépage cultivé sur une petite surface dans la région de Barr, représente une forme de ce Traminer, appelée encore savagnin rose, nettement plus aromatique. Etymologiquement la dénomination Gewurztraminer signifie littéralement Traminer "épicé".

    Caractéristiques

    Le Gewurztraminer est une variété précoce moyennement productive. Ses feuilles adultes sont de petite taille, rondes, à trois lobes avec un départ des nervures de couleur rouge. Les baies sont petites, de forme arrondie, de couleur rose à rouge claire.

    Terroir

    Le Gewurztraminer est bien adapté aux sols marno-calcaires, granitiques et argilo- sableux.

    Dégustation

    Le Gewurztraminer donne un vin corsé, bien charpenté et dont le bouquet puissant extrêmement caractéristique exhale les fruits exotiques (lychees), les fleurs (rose) ou les épices. Vendangé en sur-maturation, le gewurztraminer "vendanges tardives" et "Sélections de Grains Nobles" donne un vin, moelleux à liquoreux, d’une grande richesse et d’une extraordinaire complexité aromatique.

    Gastronomie

    Image même de l’originalité et de la typicité des vins d’Alsace, le Gewurztramineraccompagne parfaitement les plats relevés et les fromages corsés comme le munster. Il accompagnera à merveille le foie gras mais aussi les épices et les herbes aromatiques les plus fortes. Ainsi, il sera le partenaire idéal de nombreux plats asiatiques issus des cuisines chinoise, cantonaise, sichuanaise, indonésienne, malaise, thaï et indienne.

     

    POURQUOI CES DOMAINES SCHLUMBERGER SE NOMMENT-T-ILS « LES PRINCES ABBÉS » ?

     
    Voici un petit explicatif historique qui, nous l’espérons, pourra répondre à cette question.

    L’arrivée du christianisme en Alsace se situe en l’an 310. Un évêché s’établit à Bâle pour la Haute Alsace (Haut-Rhin) et un autre à Strasbourg pour la Basse Alsace (Bas-Rhin). De nombreux monastères formaient alors de véritables foyers de vie économique et de culture latine.


    L’abbaye de Murbach, village situé au fond de la vallée de Guebwiller, fût érigée en l’an 728 par Saint Pirmin. Cette communauté bénédictine domina toute la région pendant dix siècles. Elle possèdait des châteaux forts, battait monnaie et entretenait une armée. Les abbés étaient recrutés dans les plus nobles familles de la vallée du Rhin.

    Au IX ème siècle, l’abbaye était riche et célèbre. Elle accueillait ses protecteurs, Pépin, roi des Francs, puis Charlemagne. Les abbés avaient le titre de prince du Saint Empire romain germanique et les moines celui de chevalier. Elle possèdait même le territoire de la ville suisse de Lucerne.

    L’abbaye de Murbach atteint son apogée aux XII ème et XIII ème siècles.
    En 1298 l’empereur Frédéric II donna le titre de prince abbé aux abbés de Murbach. A cette époque, la principauté abbatiale de Murbach était l’un des trois grands fiefs relevant de l’évêque de Bâle.

    L’abbaye de Murbach lèvait de nombreux impôts et surtout imposait de nombreuses corvées et restrictions aux conventions passées. Les nobles ou corporations faisant obstacle à leurs pouvoirs étaient chassés de la ville ou dissoutes.

     

    Au XII ème siècle, la viticulture fit de Guebwiller l’une des plus importantes villes d’Alsace. Sous l’impulsion des Princes Abbés de Murbach les crus de laWanne (actuel Grand Cru Kessler), du Saering et du Kitterlé transitaient par Bâle et Lucerne en direction de l’Autriche. Leur renommée était telle que des négociants peu scrupuleux livraient les récoltes du vignoble suisse et d’ailleurs en les faisant passer pour du vin de Guebwiller.

    Au XVII ème siècle, les Guebwillerois, pour déjouer l’action des trafiquants, décidèrent d’apposer un certificat d’origine sur chaque tonneau de vin qui partait de leurs caves. Comme en témoigne la missive du 15 avril 1667 de la ville de Guebwiller à la ville de Lucerne : « nous avons décidé d’écrire à ces messieurs de Lucerne, parce que nous avons appris que certains acheteurs se laissent entraîner à prendre des vins de Rouffach, Westhalten, Soultzmatt pour les revendre comme vins de Guebwiller et de déclarer que dorénavant ses vins seront accompagnés d’un Ladtzettel (ou certificat d’origine) ».

     
     

    Ils devinrent ainsi les précurseurs des « Appellations d’Origine Contrôlée »

    La suprématie des Princes Abbés de Murbach prendra fin avec la Révolution Française. Les moines quittèrent l’abbaye, qui fût saccagée pendant la Révolution, pour s’installer à Guebwiller et se convertir en chanoines.

    C’est parce qu’ils furent les premiers à commercialiser le vin de Guebwiller et qu’ils prirent soin du vignoble pendant 1000 ansque nous leur rendons hommage en nommant notre gamme de vins AOC Les Princes Abbés .

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

     

    Prix Adhérent 11,60 € Prix Public Indicatif 14,90 €
  • Gewurztraminer Vendanges Tardives Cuvee Christine Domaines Schlumberger 2011

    Gewurztraminer Vendanges Tardives Cuvee Christine Domaines Schlumberger 2011 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

        • Degré : 12,70°
        • Acidité : 2,71 grs/l
        • Sucres Résiduels : 68,3 grs/l
        • Appellation : AOC Alsace Vendanges Tardives
         
         

         

        HISTORIQUE: 

        Christine Schlumberger (1894-1971) assurera pendant presque 20 ans la direction des Domaines Schlumberger avec talent et poigne.

        Les vendanges tardives (mention d'appellation depuis 1984) sont des vins récoltés en sur maturité plusieurs semaines après les vendanges. Contrairement à certains vins liquoreux, ils gardent une fraîcheur et une acidité naturelle dans une saveur unique au monde.

        SITUATION: 

        Notre Gewurztraminer Cuvée Christine provient exclusivement de notre Grand Cru Kessler.

        VINIFICATION: 

        Un travail de suivi est réalisé dès la taille hivernale de la vigne jusqu'aux vendanges. Récoltés manuellement dans nos coteaux, les raisins sont ensuite acheminés en cagettes (pour éviter d'abîmer les baies) jusqu'à nos chais pour être ensuite lentement pressés. Après un débourbage d'environ 3 jours, les jus parfaitement limpides sont mis à fermenter en foudre où la température est rigoureusement contrôlée. Les fermentations durent de 1 à 3 mois jusqu'au printemps.

        DÉGUSTATION: 

        La robe est jaune dorée avec des reflets verts argentés, de belle intensité. Le disque est limpide, brillant, transparent. Le vin présente une formidable jeunesse et une belle concentration.Le nez est franc, plaisant, intense. On perçoit une dominante d'odeurs confites, sur mûries, axées sur des notes pâtissières tels que la pâte de fruits, la guimauve, les fruits exotiques sous jacents, la papaye, les fruits de la passion. L'aération amplifie les odeurs précédentes et intensifie les notes exotiques, la mangue, la banane, le litchi, les fleurs, la pivoine, la rose et un caractère d'épices, le gingembre confit.Dans la lignée de cette superbe Cuvée, le Gewurztraminer est magnifié. La pureté, la sur maturité sont éclatantes. La concentration reste digeste. Superbe nez !!!L'attaque en bouche est ample et charnue, semi liquoreuse. Le support alcool est équilibré. On évolue sur un milieu à la vivacité franche, marqué par du perlant. La gamme d'arômes rappelle avec plus de botrytis celle du nez. Toujours la dominante pâtissière, la pâte de fruits, les loukoums, les fruits exotiques, le litchi, la banane, les fruits de la passion, les fleurs, la rose, la pivoine et toujours ces notes épicées de gingembre. On sent une amertume ferme. La finale présente une belle longueur, 11-12 caudalies, une fine amertume persistante et une vivacité équilibrée. L'équilibre de ce vin est remarquable, un peu moins liquoreux que d'habitude, il présente une superbe gamme d'arômes. Son caractère digeste est exemplaire !!! Commentaire de M. Pascal Leonetti"Meilleur Sommelier de France 2006"

        GASTRONOMIE: 

        Ce superbe vin appelle la table. Les desserts lui vont à merveille, une pêche blanche pochée, sabayon au chamapgne et glace pistache, des assortiments de sorbets exotiques, une brochette de mangue/ananas et pain d'épices. Idéal également sur les fromages à pâtes persillées, un roquefort baragnaude. Température de service 12°.

         

         

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

    -GEWURZTRAMINER.

    Le Gewurztraminer constitue une sélection particulièrement aromatique d’un vieux cépage connu de tout temps en Alsace, le Traminer rose.

    Historique

    On le désignait autrefois et surtout lorsque son vin était un peu moins caractéristique, sous le nom de Traminer. On notera d’ailleurs à cette occasion que le Klevener de Heiligenstein, cépage cultivé sur une petite surface dans la région de Barr, représente une forme de ce Traminer, appelée encore savagnin rose, nettement plus aromatique. Etymologiquement la dénomination Gewurztraminer signifie littéralement Traminer "épicé".

    Caractéristiques

    Le Gewurztraminer est une variété précoce moyennement productive. Ses feuilles adultes sont de petite taille, rondes, à trois lobes avec un départ des nervures de couleur rouge. Les baies sont petites, de forme arrondie, de couleur rose à rouge claire.

    Terroir

    Le Gewurztraminer est bien adapté aux sols marno-calcaires, granitiques et argilo- sableux.

    Dégustation

    Le Gewurztraminer donne un vin corsé, bien charpenté et dont le bouquet puissant extrêmement caractéristique exhale les fruits exotiques (lychees), les fleurs (rose) ou les épices. Vendangé en sur-maturation, le gewurztraminer "vendanges tardives" et "Sélections de Grains Nobles" donne un vin, moelleux à liquoreux, d’une grande richesse et d’une extraordinaire complexité aromatique.

    Gastronomie

    Image même de l’originalité et de la typicité des vins d’Alsace, le Gewurztramineraccompagne parfaitement les plats relevés et les fromages corsés comme le munster. Il accompagnera à merveille le foie gras mais aussi les épices et les herbes aromatiques les plus fortes. Ainsi, il sera le partenaire idéal de nombreux plats asiatiques issus des cuisines chinoise, cantonaise, sichuanaise, indonésienne, malaise, thaï et indienne.

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

    Prix Adhérent 30,00 € Prix Public Indicatif 35,65 €
  • Magnum Riesling Grand Cru Kessler 2011 Domaines Schlumberger

    Magnum Riesling Grand Cru Kessler 2011 Domaines Schlumberger

    Commande par 3 magnums MINIMUM

    Franco de port : 18 magnums.

     

    -Le vin. 

            • Degré : 14,17°
            • Acidité : 4,14 grs/l
            • Sucres Résiduels : 4,4 grs/l
            • Appellation : AOC Alsace Grand Cru
     
     
    HISTORIQUE: 

    Mentionné dès l'an 1394, le Kessler est commercialisé sous son nom propre depuis 1830.

    SITUATION: 

    Le Kessler, établi sur un terroir gréseux, dessine en son centre un vallon globalement exposé est, sud-est, qui l'abrite des vents du nord et des courants d'air froid amenés par la vallée de Guebwiller. Prolongement naturel du Grand Cru Kitterlé, ses sous sols sont rougeâtres sur un soubassement de grés rose vosgien.

    VINIFICATION: 

    Pressurage en raisin entier, débourbage statique. Fermentation en foudre thermorégulé de 1 à 4 mois. Elevage sur lies fines pendant 8 mois.

    DÉGUSTATION: 

    La robe est jaune dorée avec des reflets clairs, de grande intensité. Le disque est brillant, limpide, transparent. Le vin présente une légère évolution.Le nez est franc, plaisant, de bonne intensité. Complexe, on perçoit des dominantes d'odeurs sur mûries, miellées, d'encaustique, la cire d'abeille et balsamique. L'aération reste "atypique". On sent de manière très légère de fines touches fruitées, d'agrumes qui rappellent le riesling. Le nez est original et atypique. La palette d'odeurs s'inscrit plus sur le terrien.L'attaque en bouche est ample, tendre. Le support alcool corsé. On évolue sur un milieu à la vivacité franche, incisive, qui rafraîchit bien la sur maturité. La gamme d'arômes s'articule sur le miel, le caramel au lait, l'agrum confit, le citron, le balsamique, les épices douces ainsi qu'une fine touche lactique. La finale présente une bonne longueur et une vivacité fine. L'équilibre de ce vin est tendre, de belle constitution. 

    GASTRONOMIE: 

    Homard au gingembre, des fromages à pâte molle et croûte lavée comme l'Epoisse. Température de service 12°.

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

     

    LE KESSLER

    La situation de ce Grand Cru, protégée des vents et bien exposée, fait du Kessler un terroir bénéficiant de la puissance du soleil. Il produit des vins dotés d'une ossature charmeuse et pulpeuse soutenue par une tension droite et structurante qui leur est apportée par le grès.

     

    Les Riesling Kessler développent un caractère fortement minéral et des arômes puissants, mêlant les fleurs blanches, les agrumes, à des notes plus pierreuses. En bouche, l’attaque est franche, et légèrement tendre. Le milieu de bouche s’annonce plus ample et s’ouvre sur une finale vive, avec une très belle persistance aromatique.

    Les Pinot Gris Kessler présentent un nez franc et expressif. Le dégustateur y perçoit une dominante de notes confites, de coing et de miel. L’aération amplifie le caractère confit. Le nez est complexe et profond. L’attaque en bouche est ample et tendre, laissant percevoir une légère amertume. 

    Les Gewurztraminer issus de ce Grand Cru offrent un nez franc, plaisant, racé. D’intensité moyenne, ils expriment une dominante florale et exotique. L’aération n’est pas plus intense, mais elle rappelle les fruits exotiques, des notes parfumées complexes qui signent la maturité du raisin. L’attaque en bouche est ample, moelleuse, corsée. La finale est séveuse et garde beaucoup de fraîcheur. 

    Lieu :

     Le Grand Cru Kessler se situe sur la commune de Guebwiller, sur le flan est de la colline Unterlinger, à une altitude variant entre 300 et 390 mètres. Ses parcelles, orientées sud-est jouxtent le Grand Cru Kitterlé dans sa partie haute et les Grands Crus Saering et Spiegel dans sa partie basse.

    Les pentes sont ici extrêmes, avec des secteurs à plus de 45° de déclivité qui ont imposé une culture en terrasses. Les parcelles du cru sont délimitées par un réseau de murs en pierres sèches, qui datent pour certains de plus de deux siècles.

     

    Sol :

     Le Kessler repose essentiellement sur un substrat de grès vosgien du Buntsandstein, dont l’effritement au cours des âges a donné naissance à des sols rougeâtres où s’entremêlent le sable et l’argile liés à d’autres dépôts minéraux plus ou moins abondants selon les endroits.

    À sa base, un affleurement linéaire de calcaire du Muschelkalk, recouvert de colluvions gréseuses, se traduit par des sols plus argileux, plus compacts et plus rubéfiés, ne modifiant pas l’homogénéité du lieu-dit.

    Ce sol léger à la réserve utile faible permet toutefois une alimentation hydrique de la vigne suffisante et régulière grâce à un système racinaire plongeant profondément dans le sol.

     

    Micro Climat :

     Le nom Kessler, qu’on traduit littéralement par « chaudron » évoque la configuration générale de ce Grand Cru en forme de cuvette. Le vallon qui se dessine en son centre est cadastré sous le nom de Heisse Wanne (cuve chaude) et constitue un véritable régulateur thermique. Parallèlement à la barrière vosgienne qui l’isole des vents d’ouest, la Wanne protège le terroir des courants d’air froid venant du nord et de la vallée de Guebwiller assurant un rythme de maturation constant. 

    L’altitude assez élevée de ce terroir le protège des brumes matinales de l’arrière-saison. Le processus de maturation se déroule alors à cette période de façon ralentie, ce qui est favorable à la qualité de la vendange. De plus, l’apparition de la pourriture grise est limitée dans les vignes peu vigoureuses. Par contre, si le temps en octobre est favorable, l’installation de la pourriture noble n’est pas rare.

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION
     

    Prix Adhérent 37,75 € Prix Public Indicatif 46,80 €
  • Muscat Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2014

    Muscat Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2014 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

        • Degré : 11,86°
        • Acidité : 4,52 grs/l
        • Sucres Résiduels : 4,9 grs/l
        • Appellation : AOC Alsace
       
       
      HISTORIQUE: 

      Le Muscat est un cépage très encien cité dès l'an 1510. D'origine orientale, et très différent des Muscats doux, il résulte d'un assemblage de deux variétés, le Muscat dit d'Alsace et le Muscat Ottonel.

      SITUATION: 

      Cépage délicat et très sensible le Muscat est situé essentiellement dans les lieux-dits du Bollenberg et du Bux. Très difficile, le Muscat n'est malheureusement pas disponible tous les ans.

      VINIFICATION: 

      Assemblage de deux variétés de Muscat, le Muscat d'Alsace 80% et le Muscat Ottonel 20%. Pressurage pneumatique, débourbage statique. Fermentation en cuve inox thermorégulée.

      DÉGUSTATION: 

      La robe est jaune pâle avec des reflets verts clairs, de faible intensité. Le disque est brillant, limpide, transparent.; Le vin présente une belle jeunesse.Le nez est franc, palisant, intense et racé. On perçoit une dominante d'odeurs florales, de végétal fin. La menthe poivrée, l'ortie, la chlorophylle, les herbes aromatiques. L'aération amplifie les odeurs précédentes et ramène du fruit, les agrumes, le citron, la poire, ainsi qu'une fine touche d'épices, le gingembre. Le nez est franc et complexe. Typé, il rend à merveille le parfait état sanitaire des raisins.L'attaque en bouche est moyennement ample, le support alcool est équilibré. On évolue sur un milieu à la vivacité stricte, marqué par du perlant. La gamme d'arômes rappelle le nez, dominée par le végétal fin. On retrouve l'ortie, la menthe poivrée, la chlorophylle. Toujours le gingembre et les fruits, la poire, les agrumes, le citron. On sent une pointe d'amertume.

      Son soyeux tactile et sa gamme d'arômes lui donnent beaucoup de finesse. 

      GASTRONOMIE: 

      A l'apéritif ou tout simplement à table où il fera merveille sur une salade de tomates "Coeur de Boeuf".

      Température de service 12°.

       
       

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

     

    POURQUOI CES DOMAINES SCHLUMBERGER SE NOMMENT-T-ILS « LES PRINCES ABBÉS » ?

     
    Voici un petit explicatif historique qui, nous l’espérons, pourra répondre à cette question.

    L’arrivée du christianisme en Alsace se situe en l’an 310. Un évêché s’établit à Bâle pour la Haute Alsace (Haut-Rhin) et un autre à Strasbourg pour la Basse Alsace (Bas-Rhin). De nombreux monastères formaient alors de véritables foyers de vie économique et de culture latine.


    L’abbaye de Murbach, village situé au fond de la vallée de Guebwiller, fût érigée en l’an 728 par Saint Pirmin. Cette communauté bénédictine domina toute la région pendant dix siècles. Elle possèdait des châteaux forts, battait monnaie et entretenait une armée. Les abbés étaient recrutés dans les plus nobles familles de la vallée du Rhin.

    Au IX ème siècle, l’abbaye était riche et célèbre. Elle accueillait ses protecteurs, Pépin, roi des Francs, puis Charlemagne. Les abbés avaient le titre de prince du Saint Empire romain germanique et les moines celui de chevalier. Elle possèdait même le territoire de la ville suisse de Lucerne.

    L’abbaye de Murbach atteint son apogée aux XII ème et XIII ème siècles.
    En 1298 l’empereur Frédéric II donna le titre de prince abbé aux abbés de Murbach. A cette époque, la principauté abbatiale de Murbach était l’un des trois grands fiefs relevant de l’évêque de Bâle.

    L’abbaye de Murbach lèvait de nombreux impôts et surtout imposait de nombreuses corvées et restrictions aux conventions passées. Les nobles ou corporations faisant obstacle à leurs pouvoirs étaient chassés de la ville ou dissoutes.

     

    Au XII ème siècle, la viticulture fit de Guebwiller l’une des plus importantes villes d’Alsace. Sous l’impulsion des Princes Abbés de Murbach les crus de laWanne (actuel Grand Cru Kessler), du Saering et du Kitterlé transitaient par Bâle et Lucerne en direction de l’Autriche. Leur renommée était telle que des négociants peu scrupuleux livraient les récoltes du vignoble suisse et d’ailleurs en les faisant passer pour du vin de Guebwiller.

    Au XVII ème siècle, les Guebwillerois, pour déjouer l’action des trafiquants, décidèrent d’apposer un certificat d’origine sur chaque tonneau de vin qui partait de leurs caves. Comme en témoigne la missive du 15 avril 1667 de la ville de Guebwiller à la ville de Lucerne : « nous avons décidé d’écrire à ces messieurs de Lucerne, parce que nous avons appris que certains acheteurs se laissent entraîner à prendre des vins de Rouffach, Westhalten, Soultzmatt pour les revendre comme vins de Guebwiller et de déclarer que dorénavant ses vins seront accompagnés d’un Ladtzettel (ou certificat d’origine) ».

     
     

    Ils devinrent ainsi les précurseurs des « Appellations d’Origine Contrôlée »

    La suprématie des Princes Abbés de Murbach prendra fin avec la Révolution Française. Les moines quittèrent l’abbaye, qui fût saccagée pendant la Révolution, pour s’installer à Guebwiller et se convertir en chanoines.

    C’est parce qu’ils furent les premiers à commercialiser le vin de Guebwiller et qu’ils prirent soin du vignoble pendant 1000 ansque nous leur rendons hommage en nommant notre gamme de vins AOC Les Princes Abbés .

     

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

    Prix Adhérent 10,20 € Prix Public Indicatif 13,50 €
  • Pinot Blanc Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2013

    Pinot Blanc Les Princes Abbes Domaines Schlumberger 2013 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

        • Degré : 13,37°
        • Acidité : 3,90 grs/l
        • Sucres résiduels : 1,8 grs/l
        • Appellation : AOC Alsace
       
       
      HISTORIQUE: 

      Le Pinot Blanc, bien que très ancien, (déja connu au 16ème siècle), ne connaît ses lettres de noblesses que depuis quelques années. Ce cépage n'est pas originaire de Bourgogne mais d'Italie du Nord. D'abord introduit par les Anglo-saxons, il est peu à peu découvert par les Français et apprécié pour ses qualités de fraîcheur, de souplesse et d'adaptation à la cuisine.

      SITUATION: 

      Notre Pinot Blanc est situé essentiellement dans les Grands Crus Saering et Spiegel ainsi que dans les lieux-dits du Bux et du Bollenberg.

      VINIFICATION: 

      Assemblage de Pinot Blanc (30%) et d'Auxerrois (70%). Pressurage pneumatique, débourbage statique. Fermentation en foudre thermorégulé de 1 à 4 mois. Elevage de 7 mois sur lies fines.

      DÉGUSTATION: 

      La robe est jaune citron clair avec des reflets verts, d'intensité moyenne. Le disque est brillant, limpide, transparent. Le vin présente une belle jeunesse.Le nez est franc, plaisant, de belle intensité. On perçoit une dominante d'odeurs fruitées, les agrumes, le citron, les fruits blancs, la pomme golden, ainsi qu'une fine touche florale. L'aération amplifie les odeurs précédentes et dévoile un caractère fumé, empyreumatique.Le nez exprime une belle typicité. Les raisins sont sains et mûrs.L'attaque en bouche est ample, le support alcool équilibré. On évolue sur un milieu à la vivacité tranchante, incisive, marqué par du perlant. La gamme d'arômes rappelle le nez, on retrouve les fruits blanc, la pomme golden, les agrumes, le citron et toujours cette touche florale. La finale présente une bonne longueur, 6-a caudalies, ainsi qu'une vivacité franche.L'équilibre de ce vin est frais, incisif. 

      GASTRONOMIE: 

      Ne pas hésiter à l'associer à la cuisine locale, une salade vigneronne, une tarte à l'oignon.

       

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

    -POURQUOI CES DOMAINES SCHLUMBERGER SE NOMMENT-T-ILS « LES PRINCES ABBÉS » ?

     
    Voici un petit explicatif historique qui, nous l’espérons, pourra répondre à cette question.

    L’arrivée du christianisme en Alsace se situe en l’an 310. Un évêché s’établit à Bâle pour la Haute Alsace (Haut-Rhin) et un autre à Strasbourg pour la Basse Alsace (Bas-Rhin). De nombreux monastères formaient alors de véritables foyers de vie économique et de culture latine.


    L’abbaye de Murbach, village situé au fond de la vallée de Guebwiller, fût érigée en l’an 728 par Saint Pirmin. Cette communauté bénédictine domina toute la région pendant dix siècles. Elle possèdait des châteaux forts, battait monnaie et entretenait une armée. Les abbés étaient recrutés dans les plus nobles familles de la vallée du Rhin.

    Au IX ème siècle, l’abbaye était riche et célèbre. Elle accueillait ses protecteurs, Pépin, roi des Francs, puis Charlemagne. Les abbés avaient le titre de prince du Saint Empire romain germanique et les moines celui de chevalier. Elle possèdait même le territoire de la ville suisse de Lucerne.

    L’abbaye de Murbach atteint son apogée aux XII ème et XIII ème siècles.
    En 1298 l’empereur Frédéric II donna le titre de prince abbé aux abbés de Murbach. A cette époque, la principauté abbatiale de Murbach était l’un des trois grands fiefs relevant de l’évêque de Bâle.

    L’abbaye de Murbach lèvait de nombreux impôts et surtout imposait de nombreuses corvées et restrictions aux conventions passées. Les nobles ou corporations faisant obstacle à leurs pouvoirs étaient chassés de la ville ou dissoutes.

     

    Au XII ème siècle, la viticulture fit de Guebwiller l’une des plus importantes villes d’Alsace. Sous l’impulsion des Princes Abbés de Murbach les crus de laWanne (actuel Grand Cru Kessler), du Saering et du Kitterlé transitaient par Bâle et Lucerne en direction de l’Autriche. Leur renommée était telle que des négociants peu scrupuleux livraient les récoltes du vignoble suisse et d’ailleurs en les faisant passer pour du vin de Guebwiller.

    Au XVII ème siècle, les Guebwillerois, pour déjouer l’action des trafiquants, décidèrent d’apposer un certificat d’origine sur chaque tonneau de vin qui partait de leurs caves. Comme en témoigne la missive du 15 avril 1667 de la ville de Guebwiller à la ville de Lucerne : « nous avons décidé d’écrire à ces messieurs de Lucerne, parce que nous avons appris que certains acheteurs se laissent entraîner à prendre des vins de Rouffach, Westhalten, Soultzmatt pour les revendre comme vins de Guebwiller et de déclarer que dorénavant ses vins seront accompagnés d’un Ladtzettel (ou certificat d’origine) ».

     
     

    Ils devinrent ainsi les précurseurs des « Appellations d’Origine Contrôlée »

    La suprématie des Princes Abbés de Murbach prendra fin avec la Révolution Française. Les moines quittèrent l’abbaye, qui fût saccagée pendant la Révolution, pour s’installer à Guebwiller et se convertir en chanoines.

    C’est parce qu’ils furent les premiers à commercialiser le vin de Guebwiller et qu’ils prirent soin du vignoble pendant 1000 ansque nous leur rendons hommage en nommant notre gamme de vins AOC Les Princes Abbés .

     

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

     

    Prix Adhérent 6,95 € Prix Public Indicatif 9,00 €
  • Pinot Gris Cuvee Clarisse Selection de grains nobles Domaines Schlumberger 2009 (75cl)

    Pinot Gris Cuvee Clarisse Selection de grains nobles Domaines Schlumberger 2009 (75cl)

    Commande par 6 bouteilles MINIMUM

    Franco de port : 36 bouteilles.

     

    -Le vin. 

            • Degré : 10,67°
            • Acidité : 5,36 grs/l
            • Sucres Résiduels : 148 grs/l
         
         

         

        HISTORIQUE: 

        Ce cépage apparait en Alsace à la fin du 17ème siècle. Ses baies varient du bleu grisâtre au rose brunâtre. C'est un cousin très proche du pinot beurot de Bourgogne. Moins aromatique que ses congénères, il donne un vin corsé, volontier capiteux qui réussit particulièrement en sur maturité. Ses vendanges tardives et sélections de grains nobles sont somptueuses et se bonifient en s'affinant avec le temps. Après 1964, 1989, 1997,1998 et 2000, 2009 nous permet de produire la sixième très rare Cuvée Clarisse.

        SITUATION: 

        Notre Pinot Gris Cuvée Clarisse provient exclusivement de notre Grand Cru Spiegel, terroir situé à mi-coteaux, exposé à l'est avec un sol volcano-argileux reposant sur un soubassement marno-gréseux.

        VINIFICATION: 

        Un travail de suivi est réalisé dès la taille hivernale de la vigne jusqu'aux vendanges réalisées le 20 octobre 2009. Récoltés manuellement dans nos coteaux, les raisins sont ensuite acheminés en cagettes (pour éviter d'abîmer les baies) jusqu'à nos chais pour être ensuite lentement pressés. Après un débourbage d'environ 3 jours, les jus parfaitement limpides sont mis à fermenter en foudre où la température est rigoureusement contrôlée. Les fermentations durent de 1 à 3 mois jusqu'au printemps. Les vins sont ensuite stabilisés, filtrés puis mis en bouteilles au printemps suivant. Les bouteilles sont stockées pendant plusieurs années avant d'être habillées puis expédiées dans le monde entier.

        DÉGUSTATION: 

        La robe affiche une couleur jaune or aux reflets paille. Le disque est épais, brillant et d'un bel éclat. Les larmes sont onctueuses et grasses. Le vin laisse traverser la lumière avec brillance. Un aspect visuel montre un vin jeune de concentration. Au nez, la première sensation est intense sur des notes de raisins de Corinthe et fruits grillés comme l'amande. A l'aération les notes de grillées et sucre cuit s'intensifient, notamment les noisettes au caramel ainsi que des notes de gelée de coing et de miel. Une subtile touche d'eucalyptus rafraîchit l'expression olfactive. Un nez d'une élégante subtilité qui confirme une surmaturité noble de raisin. L'attaque gustative est nette et veloutée. Une fraîcheur subtile aux saveurs d'orange confite intègre une concentration en sucre miellé et tendre. On redécouvre les notes typiques de botrytis comme le raisin sec et l'abricot confit. Des saveurs exotiques de mangue et de passion donne du tonus au milieu de bouche et l'équilibre.

        GASTRONOMIE: 

        Accords : à apprécier pour lui-même ou en fin de repas aved des desserts de fraîcheur.Exemple : abricot poché au thé rougeTempérature de service : 12°

         

         

    -Les Domaines Schlumberger.

    Le Domaine est situé en Alsace, dans l’Est de la France. Lorsque les ancêtres Schlumberger s’installèrent à Guebwiller au XVIème siècle, les Princes Abbés de l’Abbaye de Murbach contrôlaient largement le vignoble. L’avènement de la Révolution française à la fin du XVIIIème siècle mit fin à leur influence et permit une redistribution des terres.

     

    En 1810, Nicolas Schlumberger (1782-1867) s’installa à Guebwiller pour y monter sa fabrique de machines textiles. Pour marquer son attachement à la terre, il acquit également quelque 20 hectares de vignes. Ce faisant, il posa les fondements d’une rencontre rare entre l’exigence humaine et la terre : les Domaines Schlumberger étaient nés.

     

    Trois générations plus tard, Ernest Schlumberger (1885-1954) reprit les rennes du domaine. Marqué par le passage du phylloxera au tout début du XXème siècle, le vignoble de Guebwiller était alors délaissé par de nombreux vignerons.

    Le sens visionnaire d’Ernest Schlumberger y vit sans doute une opportunité. Il acquit donc des parcelles sans relâche et replanta celles-ci dans la foulée.

    Ne se contentant pas de ce labeur, il aménagea l’ensemble du vignoble en terrasses et instaura la plantation des vignes à l'horizontale.

    Arrivant à Guebwiller en 1971, Eric Beydon-Schlumberger s’investit entièrement dans l’entreprise. On lui doit notamment la replantation du vignoble vieillissant, ainsi que la renommée internationale des Domaines Schlumberger. 

    Le Domaine Schlumberger a rejoint en 2002 l’association TYFLO*. Il s’agit d’un regroupement de vignerons alsaciens qui pratiquent la production raisonnée selon les directives de l’O.I.L.B. (Organisme International de Lutte Biologique et Intégrée) qui définit un cahier des charges draconien depuis le 1er janvier 2000 et qui oblige à relever et archiver toutes les interventions sur chaque parcelle. L’ensemble est contrôlé et certifié par ECOCERT.

     
    • Promouvoir une viticulture respectueuse de l’environnement, économiquement viable.
    • Assurer la production de raisins sains et l’élaboration de produits viticoles de haute qualités, réduire au maximum les taux de résidus.
    • Rechercher et maintenir une grande diversité biologique dans l’écosystème viticole.
    • Utiliser avant tout les ressources et les mécanismes de régulation naturelle.
    • Conserver et favoriser l’équilibre des sols à longue échéance.
    • Minimiser la pollution des eaux, du sol et de l’air.
     
    Concrètement, voici quelques exemples concernant le travail du sol et les traitements :
     

    TRAVAIL DES SOLS

    Entre les rangs : les sols sont cultivés (griffés) ou enherbés. Dans ce cas, un broyage régulier est réalisé au courant de l’été. En septembre, les parcelles de jeunes vignes sont plantées de seigle qui sera broyé en avril et servira d’engrais vert (mulch).

    Sous les rangs, et les talus pour nos terrasses : nous n’utilisons plus de désherbant de pré-levé (qui rentrerait dans le sol), mais nous employons un post-levé qui ne rentre pas dans le sol et ne touche donc que la partie aérienne de la mauvaise herbe.
    Nos chevaux réalisent au printemps un travail de labour de certaines parcelles en coteaux. Rappelons que les coteaux représentent 70% de la topographie de notre vignoble.
     

    TRAITEMENTS

    Depuis 2002, plus aucun traitement anti-botrytis n’est pratiqué. Un seul traitement annuel insecticide est réalisé pour partie en mode biologique. Nous employons le soufre comme anti- oïdium et le cuivre (3 kg ha/an) comme anti-mildiou., auquel se rajoute un traitement chimique (Folpel).
    Nous nous efforçons de limiter le plus possible le nombre de traitements en fonction de la climatologie et des conditions atmosphériques annuelles.
     

    FUMURES

    Nous n’employons plus aucun engrais chimique. Seul un apport de compost organique est pratiqué en fonction de la vigueur des vignes. 
    Nous recherchons des vignes à vigueur « raisonnable » pour obtenir des rendements qui permettent d’exprimer toute la typicité des sous-sols. 
    La culture raisonnée que nous pratiquons a d’autre part le grand avantage de ne pas tasser les sols par de très nombreux passage de tracteurs ( entraînant par ailleurs une pollution non négligeable des sites par les gaz d’échappement, sans compter l’utilisation accrue des énergies fossiles, ou encore favorisant les inondations…). Certaines formes de culture occultent complètement cet aspect dans leur discours, alors qu’un bilan écologique global le mettrait très certainement en évidence.
     
    Les sols du Domaine Schlumberger sont vivants, en atteste l’enracinement profond que nous observons lors de l’arrachage de nos anciennes vignes. 
     
    « Nous n’héritons pas de la vigne de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants… » .
     
    Ce précepte est celui de la charte TYFLO*, pour une viticulture respectueuse de l’environnement. Nous y adhérons avec notre conviction la plus profonde. 
     
     
    Logo Tyflo - Domaine Schlumberger
     *TYFLO : est une abréviation de Typhlodrome, un acarien prédateur naturel de l’araignée rouge, parasite de la vigne.
     
     
     
    La viticulture raisonnée offre trois avantages :
     
    1. Produire des raisins sains, garantie de la qualité du vin
    2. Préserver le milieu naturel, l’écosystème du vignoble et donc l’environnement
    3. Respecter la santé des viticulteurs et des consommateurs
     
    Il est évident que de quitter une stratégie sécuritaire pour une stratégie très fine, d’homéopathie presque, implique une prise de risque importante, mais le Domaine Schlumberger est très soucieux de préserver la nature pour produire les grands vins des générations futures.

     

     

     

    • L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE
    • SACHEZ APPRECIER ET CONSOMMER AVEC MODERATION

    Prix Adhérent 65,00 € Prix Public Indicatif 68,00 €