Aller au contenu

Porsche MACAN S 3.0 V6 diesel 258 cv bvm 7

Ref.: Porsche MACAN S 3.0 V6 diesel 258 cv bvm 7

PORSCHE

MACAN S Diesel : Sa motorisation repose sur un V6 turbodiesel de 3,0 litres délivrant 258 ch (190 kW) pour un couple maximal de 580 Nm. Le résultat est sans appel : un 0 à 100 km/h abattu en 6,3 secondes, pour une consommation et des émissions à l’échappement faibles compte tenu de la puissance du véhicule. Porsche MACAN S 3.0 V6 diesel 258 cv bvm 7v pour 1 140€TTC /mois sur la base d'un contrat de location de 36 mois et 75 000km.

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix Adhérent 1 140,00 € par mois Prix Public Indicatif 1 230,00 € par mois

Des concessionnaires PORSCHE au service des adhérents d'Optimisy.

 

Porsche MACAN S 3.0 V6 diesel 258 cv bvm 7

 

LOYER MENSUEL : 1 140 €TTC

 

Base Prix catalogue : 64 000 €TTC

Contrat LLD en 36 mois/75 000km comprenant Loyer Financier, Pertes Financières, Entretien, Assistance 24h/24 et Immatriculation.

 

Le principe Macan

Chaque moteur, outre des performances impressionnantes mises en valeur par une efficience exceptionnelle, se signale par une sonorité rocailleuse indéniablement Porsche, que viendra amplifier le système d’échappement sport optionnel. La puissance des modèles Macan est transmise aux roues par une transmission intégrale active qui redéfinit la donne en termes de comportement dynamique et de stabilité. À l’instar de la 911, les pneus mixtes de série apportent motricité et agilité supplémentaires.

Comme sur un circuit, la boîte Porsche Doppelkupplung (PDK) à 7 rapports de série permet de passer les vitesses en quelques millièmes de seconde, sans rupture de couple. Pour faire baisser sa consommation et son taux d’émissions, lorsque la situation de conduite s’y prête, le Macan peut faire appel au mode Croisière. La fonction Stop-Start automatique, une gestion thermique intelligente, ainsi que de nombreux autres choix techniques parfois subtils jouent également un rôle déterminant.

Le châssis à ressorts hélicoïdaux de série apporte au Macan la précision de conduite ainsi que les performances attendues de toute Porsche. Il peut se voir adjoindre le Porsche Active Suspension Management (PASM) optionnel (de série sur le Macan Turbo et le Macan GTS) grâce auquel, d’une simple pression sur un bouton, les amortisseurs réagissent de manière encore plus précise à vos habitudes de conduite. Une suspension pneumatique est disponible, si vous souhaitez voir votre Macan gagner en caractéristiques dynamiques, tout en conservant un haut niveau de confort au volant. La hauteur de caisse s’abaisse de 15 mm, elle se règle toutefois sur 3 niveaux, en fonction de la situation de conduite.

Le Porsche Torque Vectoring Plus (PTV Plus) optionnel vous permet d’aborder les virages avec plus d’intensité. Il intervient par une répartition variable du couple vers les roues arrière et par un ajustement électronique du différentiel arrière. Le véhicule gagne en précision directionnelle et affiche, au final, une meilleure tenue de route. Il se montre également plus agile à l’entrée en courbe.

La sécurité active suit, elle aussi, la philosophie du Macan, c’est-à-dire les exigences imposées à toute voiture de sport. Le système Porsche Stability Management (PSM) de série stabilise le véhicule dans les situations de conduite extrêmes. Les freins sont une référence et répondent aux exigences de décélération dignes de toute Porsche.

Des systèmes optionnels d’aide à la conduite interviennent pour décupler votre plaisir au volant. Le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction Porsche Active Safe (PAS) régule votre vitesse en fonction de la distance au véhicule qui vous précède. Deux autres fonctions vous épaulent : l’assistance angles morts, mais aussi l’assistance de changement de voie qui surveille vos écarts par rapport aux marquages de la chaussée.

Une vie intense peut également s’exprimer sous la forme d’une vitesse de transmission de données, par exemple avec le nouveau Porsche Communication Management (PCM) doté du module de navigation optionnel. Le module Connect Plus optionnel comprend l’accès wifi ainsi que la navigation en ligne avec affichage des informations de circulation en temps réel dans le système de navigation (qui inclut GOOGLE® Earth et GOOGLE® Street View1). Sont également compris : la fonction Apple® CarPlay, qui vous permet d’accéder aux applications de votre iPhone® dans votre voiture, via le PCM ou la commande vocale.

Cinq portes, cinq places, transmission intégrale et assise surélevée, pour vous sentir encore plus proche de la route. Il ne restait plus qu’à y faire entrer la vie, une vie intense, guidée par le plaisir de conduire.

En prévoyant par exemple un espace généreux qui vous permette, sans compromis, de vivre vos loisirs ou de pratiquer vos sports préférés. Et en créant une voiture compacte et puissante, un modèle certes peu ordinaire, mais idéal pour votre quotidien.

Ainsi est né le Macan, décliné en cinq versions : cinq Porsche authentiques, de la silhouette à l’équipement, sans oublier les caractéristiques dynamiques ; cinq athlètes de haut niveau ; cinq fortes personnalités ; du premier-né de la gamme, dynamique à souhait, au modèle S, sportif par excellence, ou GTS pour encore plus de puissance ; et de la version Turbo, qui redéfinit la donne dans sa catégorie, au spécialiste de l’endurance à motorisation Diesel.

Tous les modèles Macan ont été développés, testés et construits dans un esprit 100 % Porsche, afin que vos déplacements quotidiens bénéficient de l’expérience sportive acquise sur les circuits, de la manière la plus efficiente qui soit, dans le plus grand confort et avec une sécurité maximale. Nos ingénieurs ont tout testé, jusqu’à atteindre l’objectif ambitieux qu’ils s’étaient fixé : proposer la toute première sportive sur le segment des SUV compacts.

Le Macan a précisément été imaginé pour vous offrir une vie intense, qui réponde à vos envies d’expériences comme de sensations fortes, une vie faite de moments authentiques aux antipodes des conventions et de défis permanents, pour faire de chaque instant un moment inoubliable.

 

Principe rigoureux chez Porsche : un conducteur et sa voiture ne doivent faire qu’un. L’architecture du Macan illustre ce principe à la perfection, en vous enveloppant dans un habitacle ergonomique dont l’agencement des commandes renforce l’effet cockpit. À l’avant, les sièges sport bénéficient d’une implantation digne de toute vraie sportive collée à la route, combinée à l’assise surélevée propre au Macan.

Dans une logique toujours très sportive, la console centrale montante raccourcit les distances entre le volant et le sélecteur PDK ainsi qu’avec les principales fonctionnalités du véhicule. Les passionnés de la marque retrouveront le démarreur à gauche.

Leur visage même indique d’où les modèles Macan tirent leur héritage sportif. Leurs blocs optiques avant caractéristiques s’insèrent directement dans le capot. Les larges entrées d’air du bouclier avant témoignent d’une irrésistible envie d’aller de l’avant.

S’étendant jusqu’aux passages de roue, le capot moteur lui-même en impose par sa largeur et renforce ainsi l’allure puissante du Macan. C’est une manière très subtile de rendre hommage à la légendaire Porsche 917, de nombreuses fois victorieuse dans les années 1970, par exemple aux 24 Heures du Mans, et détentrice pendant 39 ans du record de la distance parcourue.

De profil aussi, ces modèles ont tout d’une Porsche. Une silhouette musclée étendue, prête à bondir. Associée à la ligne de toit infléchie, cette sensation de puissance donne naissance à une silhouette très aérodynamique, cette « flyline » si spéciale qui met en valeur le caractère éminemment sportif de toute Porsche.

PORSCHE

 

 

 

Une Histoire de l'Europe : De l'apprenti carrossier au constructeur

L'histoire de la société Porsche commence à Böhmen, avec la naissance de Ferdinand Porsche en septembre 1875 à Maffersdorf. Troisième enfant d'Anton Porsche et de sa femme Anna, Ferdinand Porsche a 11 ans lorsque l'automobile est inventée. À l'époque, il s'intéresse particulièrement à l'électricité. À 13 ans, il installe des sonnettes électriques et, à 16 ans, il pourvoit déjà la maison familiale en éclairage électrique.

La "Lohner-Porsche" à moteur-roue électrique a fait sensation lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1900.
En 1893, après son apprentissage de carrossier dans l'affaire paternelle, Ferdinand, doué et passionné de technique, commence sa carrière dans les Vereinigte Elektrizitätswerke de Bela Egger & Co (usines d'électricité) à Vienne.
Peu avant le tournant du siècle, il est embauché par le Fournisseur de la Cour Impériale et Royale Jacob Lohner.
Avec le développement du moteur-roue, il étonne le monde automobile au salon de Paris en 1900 et présente un véhicule disposant de quatre roues motrices : le premier 4x4 du monde. Un principe de construction qui a été appliqué 70 ans plus tard aux voitures lunaires de la NASA.
Ferdinand Porsche invente également la première voiture hybride au monde - un véhicule fonctionnant à la fois à l'essence et à l'électricité.
 
En 1923, Ferdinand Porsche devient Directeur technique de Daimler à Stuttgart, où il est responsable du développement des célèbres modèles S, SS et SSK et où il développe des poids lourds, moteurs d'avion, etc. Une fois son contrat expiré, il retourne en Autriche, où il devient Directeur général chez Steyr.
 
Pourtant, en 1931, Porsche se met à son compte et ouvre son propre bureau d'études à Stuttgart.
 
 

Du constructeur à l'entrepreneur

Le bureau d'études de Porsche réalise des travaux de développement pour toutes sortes d'équipements techniques, des éoliennes et turbines aux moteurs et autres nouveaux concepts de véhicules pour Wanderer et Zündapp. En 1933, Ferdinand Porsche construit pour la société Auto-Union récemment créée (Audi, Hoch, Wanderer et DKW) la célèbre voiture de course Auto Union 16 cylindres à moteur central, qui anticipait déjà les principes de construction des Formules 1 d'aujourd'hui. De son temps, elle devient l'une des voitures de course à obtenir le plus de succès dans le sport automobile.

 
 
 
 
La Volkswagen Coccinelle, la voiture la plus produite dans le monde entier, fut conçue sur les planches à dessin du bureau d'études Porsche.
 

La naissance de la 'Volkswagen'

Toutefois, sa construction la plus célèbre reste celle de la Volkswagen. Le 22 juin 1934, Ferdinand Porsche est chargé par le "Reichsverband der deutschen Autoindustrie (RDA)" (Union de l'industrie automobile du Reich) de développer la Volkswagen, qui marquerait, plus tard, de son empreinte le développement de l'entreprise Porsche. La production du premier prototype est réalisée par son équipe de techniciens et ce, dans le garage de sa villa de Stuttgart. Mais ce n'est qu'en 1936 que son fils Ferry, dirigeant les tests de conduite, commence les premiers essais sous la supervision de la RDA.

 
 
 
 
Basée sur la voiture 'KdF', la VW 82 est un véhicule militaire qui fut produit dans l'usine Volkswagen de 1940-1945.

Volkswagen construit des véhicules militaires

En 1937, Ferdinand Porsche est nommé, par le gouvernement du Reich, Directeur technique et de la planification au sein de la société responsable de la préparation de la Volkswagen. Le 26 mai 1938 a lieu la pose de la première pierre de l'usine Volkswagen et la Volkswagen devint la « voiture KdF » (la force par la joie).

Mais quand la 2ème guerre mondiale éclate, le pays entre en économie de guerre : au lieu de la Volkswagen pour tous, ce sont des véhicules militaires comme la Schwimmwagen ou la Kübelwagen qui sortent des chaînes de production.

Au lieu de voitures de courses, ce sont des chars d'assaut qui voient le jour sur les planches à dessin de la société Porsche Konstruktionen GesmbH à Stuttgart.

 

La création de la "Porsche Konstruktionen GesmbH"

Pour protéger l'œuvre de son père, alors incarcéré en France, de la menace de confiscation par les puissances occupantes, le 1er avril 1947, Ferry Porsche et sa sœur Louise (mariée depuis 1928 à l'avocat Dr. Anton Piëch) fondent sans hésiter la société autrichienne Porsche Konstruktionen GesmbH à Gmünd, dont ils deviennent les gérants. À ce moment, l'industriel italien Dusio charge l'entreprise désormais autrichienne de construire une voiture de course Formule 1 à transmission intégrale. Pour des raisons financières, la « Cisitalia » ne disputera finalement aucune course. Toutefois, avec les gains de cette commande, le frère et la sœur réussissent à payer la caution de leur père incarcéré et permettre ainsi son retour à la maison.

 

La naissance d'une marque.

Ferry Porsche réalise ensuite son rêve. Sur la base de la coccinelle, la première voiture de sport portant le nom de Porsche, naît en Autriche dans la vallée de Malta en Carinthie. En 1946, Ferry présente, sous le numéro de construction 356, une automobile qui sera à l'origine de la renommée légendaire du constructeur. Alors que le premier modèle avait encore un moteur central, les coupés suivants, fabriqués à la main, présentèrent un moteur arrière. Une bonne douzaine de cabriolets 356 furent construits dans les ateliers de Salzbourg sur la route des Alpes.

Heinrich Nordhoff, Directeur Général de VW, conclut un accord global avec les familles Porsche et Piëch.

Un accord prometteur avec Volkswagen

Cependant, la décision la plus importante est prise 1 000 km au nord, lorsque les alliés décident d'intégrer la construction de la Volkswagen dans l'usine Volkswagen reconstruite.

Les techniciens de Porsche, qui aident à la mise en route, sont demandés. Au même moment, Ferry Porsche entame les négociations du contrat avec Nordhoff, le directeur général de Volkswagen fraichement nommé.

Les éléments essentiels du contrat incluent des droits de licence pour chaque coccinelle construite, l'autorisation de construire une voiture de sport sur la base de la coccinelle (la Porsche 356) et la distribution par ce qui sera, plus tard, le réseau mondial Volkswagen, mais aussi des accords portant sur les services techniques du bureau d'études Porsche et enfin le contrat d'importation général de Volkswagen pour l'Autriche.

Ce contrat détaillé est signé à Bad Reichenhall par Ferdinand Porsche, Ferry Porsche, Louise Piëch et Anton Piëch et par le Directeur général de Volkswagen Nordhoff.

Ainsi, la création du père, la coccinelle, devient la base de l'immense succès que connaîtra le développement de la société Porsche à Salzbourg et à Stuttgart.

Le 7 septembre 1948, la licence pour le « commerce des véhicules automobiles et leurs pièces de rechange, limité aux produits des usines de moteurs de Wolfsbourg (qui sera plus tard l'usine Volkswagen) » est émise au nom d'Ing. Ferdinand Porsche par les autorités de la circonscription de Spittal an der Drau.

 

Le commerce automobile démarre

En 1949, le frère et la sœur transfèrent le siège social de la société Porsche Konstruktionen GesmbH de Gmünd à Salzbourg, sur la Alpenstraße. Alors que Louise et son mari Anton Piëch accélèrent le développement des importations autrichiennes de Volkswagen à Salzbourg, Ferry retourne à Stuttgart, où il crée en 1950 l'usine de voitures de sport (l'actuelle Porsche AG). Les deux entreprises Porsche à Stuttgart et à Salzbourg (toujours détenues en copropriété par le frère Ferry et sa sœur Louise) ont donc des racines communes, mais deviennent par la suite des entreprises autonomes.

 

L'activité d'importation de Volkswagen démarre à Salzbourg

En mai 1949, les activités d'importation démarrent enfin à Salzbourg avec les 14 premières coccinelles. À partir de 1950, le Dr. Anton Piëch est également nommé officiellement Directeur de la société Porsche Konstruktionen GesmbH, qui optimise, en outre, l'approvisionnement des clients par la création, la même année, d'un dépôt central de pièces détachées. Une étape importante dans la stratégie de l'entreprise évoluant d'un pur commerce d'importation vers une grande entreprise de services.

 
 
 
 
 

Grâce à sa vision à long terme, Louise Piëch développe une entreprise prospère

Au milieu de la phase de construction, deux revers de fortune touchent la famille. Le Prof. Ferdinand Porsche, alors très âgé, décède le 30 janvier 1951, suivit juste une année plus tard, à la grande surprise, par le Dr. Anton Piëch. C'est pourquoi en 1952, la jeune Louise Piëch prend la tête de l'entreprise de Salzbourg, qui compte alors 71 employés et trois sites - l'entreprise sur la Alpenstraße, la filiale à Gmünd et les unités de production de Zell am See. Cette mère de quatre enfants marque durablement la société Porsche Salzbourg par sa motivation sans égale et sa capacité de leadership.

Elle dirigera l'entreprise en croissance avec beaucoup de prudence et un grand sens des affaires.

 

Le grand essor

Avec l'augmentation du nombre de pièces produites, Porsche croît également. Le domaine des ventes détail notamment - qui deviendra, plus tard, Porsche Inter Auto (PIA) - commence à prendre forme au début des années 1950 et s'affirme de plus en plus dans les années 1960. La Alpenstraße à Salzbourg marque le début, suivie ensuite, au fil des années, par les filiales de Wiener Neustadt (sous la direction de l'Ing. Ernst Piëch, le fils ainé de Louise Piëch), de Zell am See, de Kapfenberg et beaucoup d'autres. Aujourd'hui la société PIA comprend 56 points de vente en Autriche.

 

Les signes de réussite

En 1956, les ateliers commencent près de la gare à côté du nouveau bâtiment du service clientèle, sous le nom de Porschehof I, qui portera plus tard le surnom de « bâtiment bleu ». En 1962, Porschehof II est construit dans la rue Fanny-von-Lehnert, signalant par un sigle VW bleu tout autour du toit l'emplacement de la maison de Volkswagen à Salzbourg.

 
 
 
 
 

Du succès en sport automobile international

Mais Porsche Salzbourg se fait également remarquer par ses activités de sport automobile. Les voitures de course formule-V font fureur en 1960 et, avec la Porsche 917, Porsche Salzburg impose sa supériorité au Mans et ramène à la maison le premier trophée du Mans pour la marque Porsche. En outre, des années plus tard, les coccinelles de rallye font une énorme sensation et remportent la victoire au rallye d'Elba.

 
 

Sur la voie du succès avec de nouvelles idées

Au cours des années suivantes, l'entreprise prépare le terrain pour la société Porsche Holding actuelle en accélérant le développement de l'offre autour du commerce automobile. En effet, avec l'introduction du service de location de voiture en 1962 et des activités de leasing en 1966, Porsche commence très tôt à intensifier le domaine des services et grâce à des actions publicitaires créatives, les ventes de coccinelles alors déjà élevées battent de nouveaux records.

La société mère est créée

En 1971, Louise Piëch et son frère le Professeur Ferry Porsche décident - aussi bien à Salzbourg qu'à Stuttgart - du retrait de tous les membres de la famille des fonctions opérationnelles et de leur affectation aux organes de surveillance des deux entreprises. Le transfert à un management indépendant est suivi d'une restructuration partielle de l'entreprise, puis par la reprise de la distribution de la marque Audi.

 

La fondation de la société Porsche Holding

En 1974, grâce à la croissance prospère de l'entreprise, la société Porsche Holding est fondée en tant que société mère du groupe autrichien Porsche. En outre, Porsche Austria s'installe en tant qu'importatrice Volkswagen, laquelle, par le développement du réseau de distribution, améliore de façon décisive la compétitivité de l'organisation commerciale Volkswagen en Autriche et continue en même temps de développer avec force la position de la marque Volkswagen malgré l'énorme augmentation de la pression concurrentielle de la part des fournisseurs d'Extrême-Orient.

Dès 1977, les différentes activités de commerce automobile de Porsche sont rassemblées de façon structurée dans la société Porsche Inter Auto.

 

De nouvelles dimensions

Porsche utilise les violentes fluctuations de marché des années 1970 (provoquées par la croissance vertigineuse des ventes lors de l'augmentation de la TVA, suivie d'une énorme chute des ventes la même année) comme un exercice pour renforcer la réactivité et la flexibilité de l'ensemble de son organisation commerciale. De plus, elle fait preuve de capacité d'innovation en commençant progressivement à s'impliquer dans d'autres branches (Portex). Porsche développe (dans une moindre mesure) la sous-traitance en tant que deuxième pilier (pour les pièces de la 356 et plus tard pour la 911). Avec sa participation dans quelques entreprises industrielles autrichiennes (Fichtel & Sachs, Alu Druck-Guss) et plus tard avec l'acquisition du groupe d'entreprises allemand Zipperle (1988), Porsche démarre dans cette branche, alors que l'acquisition de Taylorix AG lui confère un troisième pilier angulaire autour des activités informatiques. Toutefois, les deux branches subissent peu après une restructuration au niveau mondial, qui pousse Porsche Holding à se retirer successivement de ces domaines d'activité.

 

Le développement des services

Les années 1980 sont surtout consacrées à la spécialisation dans le secteur des services liés à l'automobile avec le développement des sociétés Porsche Versicherungs AG (Assurances) et Porsche Bank AG (Banque). Jusqu'à ce jour, la société Porsche Bank maintient sa position de leader sur le marché national des leasings de véhicules. L'ouverture du nouveau centre de distribution de pièces donne de nouvelles dimensions à la logistique de distribution, qui deviendra plus tard un avantage concurrentiel décisif lors de l'ouverture à l'Est.

L'intégration d'une marque espagnole

En 1985, Porsche reprend la distribution de la marque Seat, met en place un tout nouveau réseau de distribution et développe ses parts de marché progressivement avec le lancement des modèles Seat de la nouvelle génération.

ŠKODA et Weltauto complètent la gamme de produits

Au début des années 1990, en Autriche, l'entreprise se concentre pleinement sur l'offensive des voitures d'occasion avec Weltauto. De plus, la société Intercar Austria GmbH démarre ses activités en tant qu'importateur officiel de la marque Skoda en Autriche. Avec ingéniosité et savoir-faire, elle parvient à bâtir un concept de distribution et de marketing taillé sur mesure pour la marque traditionnelle tchèque. Celui-ci convertira en peu de temps la marque Skoda en un «bon tuyau» en Autriche, et plus tard - avec le développement qualitatif de sa gamme de modèles - en un incroyable succès commercial.

 

Groupe VOLKSWAGEN

Depuis le 1er mars 2011, Porsche Holding Salzburg (PHS) est une filiale à 100% du Groupe Volkswagen AG et fait donc partie intégrante du premier constructeur automobile européen. Cet événement clôt le cycle historique amorcé par la création de la Coccinelle par Ferdinand Porsche, à l'origine du développement des deux entreprises Porsche de Salzbourg et de Stuttgart, aujourd'hui considérées comme les fleurons du groupe. Les anciennes familles d'actionnaires Porsche et Piëch continuent de prendre part au développement de ce groupe automobile à des postes-clés : actionnaires industriels principaux du groupe Volkswagen AG et membres du Conseil de surveillance.

L'intégration au groupe Volkswagen a généré de nouvelles opportunités commerciales pour Porsche Holding Salzburg. Celles-ci ont fortement accéléré la croissance de l'entreprise à partir de 2012.