Aller au contenu

COFFRET PETITS ROCHERS 20 PIÈCES

Ref.: COFFRET PETITS ROCHERS 20 PIÈCES 148gr

LA MAISON DU CHOCOLAT

Ecrin tout en rondeur garni de 20 petits rochers assortis. Praliné lisse, éclats d'amandes torréfiées et caramélisées, enrobé de couverture de chocolat noir ou lait.

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix Adhérent 25,96 € Prix Public Indicatif 29,50 €

COFFRET PETITS ROCHERS 20 PIÈCES 148gr

Ce praliné, peu sucré et cuit à point, est refroidi sur un marbre, recouvert d'une fine couche de chocolat avant d'être délicatement roulé à la main dans des éclats d'amandes torréfiées. 

Cette attention finale donne au rocher sa forme ronde si gourmande !

Ingrédients : Chocolat noir (pâte de cacao, sucre, beurre de cacao, émulsifiant (lécithine de SOJA), arôme naturel de vanille), sucre, AMANDES, chocolat au LAIT (sucre, LAIT entier en poudre, beurre de cacao, pâte de cacao, émulsifiant (lécithine de SOJA)), NOISETTES

Chocolat noir : cacao 56% minimum. Chocolat au lait : cacao 37% minimum

Tenir au sec et au frais (18°C)

Présence éventuelle d’arachide

A consommer dans les 10 à 47 jours.

Prix au kilo: 199,32 €/kg.

 

LA MAISON DU CHOCOLAT

ROBERT LINXE, INITIATEUR D'UN CHOCOLAT CULTE !

QUAND LE MYTHE DEVIENT LEGENDE !

 

Fin des années 1970, Robert Linxe, fondateur de La Maison du Chocolat a éclairé l’univers du chocolat d’un regard nouveau. Initiateur et précurseur de goût, il a inspiré et influencé toute une génération de chocolatiers après lui. De sa haute idée d’un goût qui orchestre les saveurs du chocolat comme une partition musicale, il a nourri des sensations uniques comme nul autre avant lui.
 
Entièrement dévoué à son art et considéré aujourd’hui comme visionnaire, Robert Linxe ouvre à Paris en 1977 sa première Maison, Faubourg Saint-Honoré, qu’il baptise « La Maison du Chocolat ». A l’heure où le chocolat s’entend en France comme une sucrerie offerte à Pâques et à Noël, les partis pris sur le chocolat noir de ce créateur spontané et intuitif dénotent dans l’univers feutré - et si sucré - du chocolat.
 
Surnommé « le Sorcier de la Ganache » Robert Linxe consacre le chocolat au rang de matière première d’exception. Il en magnifiera ses subtilités dans ses ganaches - texture fondante réalisée à partir de crème fleurette puis enrobée d’une fine couche de chocolat -.
 
L’un de ses secrets sera de faire ce que les autres ne faisaient pas, invitant à découvrir une autre facette du chocolat, moins doux, moins friandise, plus adulte, libéré de ses excès de sucre et de crème. Il affine ses assemblages de chocolat, peaufine la constance du goût et de façon totalement inédite - pour l’époque - sélectionne des matières premières naturelles de grande qualité. D’une main experte, il donne naissance à des subtilités aromatiques insoupçonnées associant pour la première fois des fruits et des infusions dans le chocolat. Framboise, menthe, citron marqueront leurs arrivées dans un sillage de légèreté inédit. C’est l’engouement. Ses adeptes lui doivent un chocolat au goût réinventé, la naissance du culte français pour le chocolat noir et un art de la dégustation unique qui laisse le chocolat exprimer ses émotions. On comparera dès lors le travail du chocolat à celui des grands vins. Place à la puissance, à la rondeur, aux saveurs onctueuses et longues en bouche, au fondant qui doit faire saliver, aux nuances suaves, intenses, corsées… Le ton sera donné.
 
Après Robert Linxe, on ne croquera plus le chocolat mais on le dégustera d’une façon tout à fait nouvelle. Il restera dans les mémoires comme le chef de file qui a donné ses lettres de noblesse à la ganache.

 
CHAHUTER L’ÉPOQUE POUR CRÉER LA RUPTURE

C’est sur le tard que Robert Linxe concrétise son rêve et donne vie à sa vision du chocolat. Lors de son entrée remarquée au « Faubourg » il impose un nouvel état d’esprit, le sien.
 
Son idée du raffinement s’impose dans les moindres détails, le 225 Faubourg devient ce nouvel haut lieu du chocolat qui agite le microcosme parisien. Son obsession : émerger, chahuter l’époque, créer la rupture pour mieux s’exprimer. Il n’aura de cesse de réveiller l’image traditionnelle de la confiserie sucrée. Adieu aux boutiques bonbonnières pastel aux noeuds de satin pâle. Il ouvre la voie aux codes du chocolat du XXème siècle et crée une boutique qui lui ressemble ; un lieu exigeant sans compromis, reflétant la personnalité d’un chocolat différent, nouveau, pur et noble, débarrassé de ses préciosités crémeuses et sucrées. Le bouche à oreille fera son oeuvre, le succès ira grandissant.
 
Dès lors, rarement chocolatier aura autant inspiré sa génération. Dans l’air du temps d’un chocolat réinventé, le Club des Croqueurs de Chocolat puis le Salon du Chocolat verront le jour, largement éclairés de la vision de ce créateur hors norme.
 
 
MEILLEUR AMBASSADEUR DU CHOCOLAT FRANCAIS
 
Pour la première fois dans l’histoire du chocolat, Robert Linxe donnera également une dimension unique d’exemplarité du chocolat français au-delà de nos frontières. Il n’aura de cesse d’exprimer son savoir-faire à l’étranger. Premier de tous, il parcourra le monde pour initier tout un chacun à ses subtilités. On lui doit le rayonnement du chocolat à la française à travers le monde et sa renommée internationale. Il en a été le meilleur ambassadeur, passant des années, jusqu’aux lieux les plus reculés, à expliquer les secrets d’une ganache ou d’un praliné. Tous ceux qui se sont laissé initier s’en souviennent avec émotion.

 

Aux prémices de son aventure internationale, c’est sur la 73ème rue qu’il ouvre à New York en 1990 sa première maison. Chaque ouverture de pays sera suivie d’autres expériences culturellement décisives pour la renommée du chocolat. Tokyo, Londres, Hong Kong accueilleront des Maisons du Chocolat sur leurs adresses les plus prestigieuses.
 

DISTINGUER LE BON DE L'EXCELLENT, ET L'EXCELLENT DE L'EXCEPTIONNEL

 
Initiateur, défricheur de nouveaux territoires, l’engouement pour Robert Linxe et ses chocolats sera immédiat. Considérée comme précurseur, La Maison du Chocolat sera la première marque française à inaugurer des boutiques dans ces capitales. Elle marquera aussi quelques générations d’apprentis locaux qui n’hésiteront pas à se déplacer jusqu’au sous-sol atelier de la boutique du Faubourg pour s’inspirer des enseignements de Robert Linxe.
 
Couronnée de succès, La Maison intégrera en l’an 2000 le Comité Colbert. Elle entrera ainsi dans le cercle des maisons de luxe qui oeuvrent ensemble au rayonnement international de l’art de vivre français. La maison affirmera dès lors son exception culturelle à l’étranger au même titre que la haute couture, la joaillerie, la parfumerie, les vins et spiritueux des plus grandes maisons, fleurons du patrimoine et du savoir-faire français. Robert Linxe inscrira sa vision du chocolat au rang de